Accordeur

Le pédalier du piano Pédale douce, pédale forte, pédale tonale

Accueil » Le piano » Le pédalier du piano
Le pédalier du piano
Article en lien avec le piano

Généralités sur le pédalier du piano

Le pédalier du piano, aussi appelé lyre du piano sur les pianos à queue est constitué de 2 ou 3 pédales (voir 4 pédales sur certains modèles très haut de gamme). Chacune de ces pédales affecte le fonctionnement du piano d’une manière différente. La pédale de gauche est appelée pédale douce, la pédale de droite porte le nom de pédale forte, la pédale centrale, lorsqu’elle existe peut porter des noms différents en fonction de son effet sur l’instrument, qui n’est pas toujours le même d’un modèle de piano à l’autre. Enfin, la 4 ème pédale, lorsqu’elle existe est appelée pédale d’harmonie.

La pédale de droite

La pédale Forte ou pédale sustain est située à droite du pédalier du piano et sert à prolonger le son de toutes les notes. Lorsque la pédale est enfoncée, les notes continuent donc de sonner même après que le pianiste ait cessé d’appuyer sur une touche. D’un point de vue mécanique, l’appui sur la pédale forte provoque le relèvement de l’intégralité des étouffoirs ce qui a pour effet de laisser les cordes vibrer librement.

La pédale de gauche

La pédale douce est située à gauche du pédalier et permet de réduire le volume sonore restitué par le piano. Sur les pianos à queue, le timbre est également modifié lors d’un appui sur cette pédale. D’un point de vue mécanique, plusieurs variantes existent pour parvenir à ce résultat. Sur les pianos droits, les marteaux sont rapprochés des cordes, ce qui diminue la vitesse de frappe sur la corde. Sur certains pianos à queue, la mécanique est déplacée de sorte que chaque marteau ne frappe plus sur 3 cordes mais seulement sur 2. Sur d’autres pianos à queue, la mécanique est également déplacée d’une autre façon, qui a pour effet de modifier l’angle de frappe des marteaux, qui rentrent alors en contact avec la corde sur une partie moins tassée de leur tête.

Pédalier de piano
Pédalier de piano
Pédale douce, pédale tonale, pédale forte

La pédale du milieu

La pédale du milieu, lorsqu’elle existe, a un usage qui varie en fonction du modèle et de la marque du piano. Les différents types de pédale du milieu sont décrits ci dessous.

La pédale sourdine : Sur certains pianos droits, la pédale du milieu est une sourdine, appelée aussi pédale d’appartement ou pédale moliphone. Elle sert à réduire le volume sonore du piano. Il est possible de faire ajouter cette pédale sur un piano. Mécaniquement, l’appui sur cette pédale baisse un feutre qui vient alors s’intercalant entre les marteaux et les cordes ce qui a pour effet d’étouffer le son du piano.

la pédale tonale : aussi appelée pédale de soutien ou sostenuto. permet de laisser résonner une ou plusieurs notes déjà jouées et en train de résonner lorsque cette pédale est enfoncée. il ne faut pas confondre l’effet de cette pédale avec l’effet de la pédale forte décrite plus haut. Mécaniquement, les étouffoirs levés au moment de l’appui sur la pédale sont maintenus levés tant que la pédale reste enclenchée. On trouve en général cette pédale sur les pianos de concert.

La pédale forte basse : certains pianos sont équipés d’une seconde pédale forte qui ne fonctionne que pour les basses. Lorsque la pédale est enfoncée, les notes de basse continuent donc de sonner même après que le pianiste ait cessé d’appuyer sur une touche. D’un point de vue mécanique, l’appui sur la pédale forte basse provoque le relèvement des étouffoirs des notes de basse ce qui a pour effet de laisser ces cordes vibrer librement. Cette fonction est relativement rare, on la trouve parfois sur certains pianos droits Américains.

la pédale silent : certains pianos sont équipés d’un système dit “silent”. ces pianos ont été modifiés de façon à pouvoir être joués de manière silencieuse, sur casque comme des synthétiseurs tout en gardant une mécanique de piano. l’appui sur la pédale silent active ou désactive le mode silencieux. D’un point de vue mécanique, l’appui sur la pédale du milieu actionne une barre garnie de caoutchoucs et de capteurs qui arrête la course des marteaux avant qu’ils ne touchent les cordes. Les information de frappe obtenues par les capteur sont transmises à un synthétiseur. Ce son électronique peut être restitué dans un casque, des enceintes etc. Ces systèmes s’installent en général assez facilement, cependant, ils réduisent la distance entre le marteau et les corde, ce qui dégrade la puissance du piano lors d’une utilisation normale

Pédalier de piano vu de profil
Pédalier de piano à 3 pédales
vue de profil

La pédale d’harmonie

La pédale harmonie est une pédale peu repandue, on ne la trouve que sur certains modèles des marques Fazioli, Stuart & Sons et Feurich. Les pianos équipés de cette pédale ont donc un pédalier composé de 4 pédales, la pédale d’harmonie est alors placée à gauche des 3 autres pédales comme on peut le voir sur l’illustration en tête de page de l’article (qui présente un pédalier de marque Fazioli). cette pédale a un double effet, selon qu’on l’enfonce complétement ou a moitié, le résultat produit est donc différent. En effet, lorsqu’elle est enfoncée complètement, elle a le même effet qu’une pédale forte ordinaire (voir plus haut, pédale forte). Lorsqu’elle est enfoncée à moitié par contre, l’ensemble des notes résonnent indéfiniment, sauf les notes jouées au moment ou la pédale est appuyée. le pianiste peut donc jouer une certaine phrase musicale de manière articulée tout en laissant les notes du reste du clavier résonner..