LA MISE AU DIAPASON DU PIANO
par l'accordeur de piano

MISE AU DIAPASON DU PIANO

OBJECTIF DE LA MISE AU TON DU PIANO

Lorsqu’un piano n’a pas été accordé depuis longtemps, la tension des cordes finit par baisser fortement par rapport à la référence du LA 440Hz. Il devient alors nécessaire de réaliser une mise au diapason du piano. En effet, accorder un piano trop bas n’est pas pertinent. Si le technicien accordeur ne réalise pas de mise au diapason avant son accord de piano alors que la fréquence de celui ci a beaucoup baissé, il devra alors la remonter jusqu’a une fréquence beaucoup plus haute (440Hz). Le piano se désaccordera à nouveau immédiatement après l’accord mis en place. l’accordeur ne peut pas non plus accorder le piano sur une fréquence plus basse que le LA 440Hz. En effet, un accord trop bas ne permettra pas de faire sonner un piano avec autant de dynamisme qu’un accord proche du LA 440Hz car la tension des cordes est alors insuffisante. De plus, les pianos actuels sont conçus pour être stables aux alentours de cette fréquence. Il convient donc de réaliser une mise au diapason du piano, c’est a dire de retendre l’ensemble des cordes dans le but de les stabiliser autour de 440Hz, en effectuant ce qu’on appelle une « mise au ton du piano» ou « mise au diapason du piano » ou encor « pinçage du piano ».

Diapason
Diapason
pour accord du La 440Hz

TECHNIQUE DE LA MISE AU TON

Techniquement, une mise au diapason du piano est un accord rapide qui ne vise pas la précision mais la stabilité du piano. c’est pour cette raison qu’on emploie parfois le mot de « préaccord » ou « accord rapide » pour parler de mise au diapason du piano. Cette mise au ton permettra ensuite au technicien accordeur de réaliser un accord qui lui pourra être précis et solide. Le principe de la mise au diapason du piano est de tirer les cordes en dosant correctement son geste pour que le piano passe au-dessus de 440Hz puis redescende de manière naturelle autour de cette fréquence de manière stable. Il faudra en plus se forcer à exagérer cet étirement dans la zone du passage des médiums aux aigus qui a toujours tendance descendre plus que le reste.